Flag FR Flag EN

Les crooners, ces beaux gosses

Je me suis toujours imaginé crooner, un peu comme Ryan Gosling dans Lalaland, mais pas en jazz, sans piano et avec un micro. Okay donc pas du tout comme Ryan Gosling dans Lalaland, mais vous voyez ce que je veux dire. Je voulais donc être crooner, ce gars (ou cette fille) qui attire tout de suite l’attention, d’une voix suave et excessivement excitante pour qui l’entend, qui vous raconte une histoire somme toute assez banale mais avec un grain qui vous fait tomber raide amoureux (en l'occurrence Emma Stone dans Lalaland, je ne l’aurais pas ignoré de la sorte si j’avais été à la place de Gosling... Okay j’arrête avec Lalaland).

L’histoire des crooners

Bref, les crooners ont créé et développé un genre musical assez original, fondé plus ou moins sur la parole, accompagné de notes jazzies, parfois blues. De Bing Crosby en passant par Frank Sinatra à Michael Bublé, vous aurez de quoi faire avec les crooners américains. L’arrivée des crooners américains dans le monde du disque et du spectacle en Amérique et ailleurs, et leur fulgurant succès, il faut revenir à la fin des années 20, en Amérique, soit l’arrivée de la radio dans les foyers.

Avec le microphone, la voix du speaker et du chanteur se fait plus douce. Les premiers « Crooners », de Bing Crosby à Russ Colombo, séduisent les jeunes auditrices, à la façon d’une conversation intimiste, personnelle et chantée. La génération d’après (de Sinatra à Dean Martin) retiendra les leçons de la voix qui se pose sur le swing et cette classieuse façon de chanter deviendra le signe de talent pour tous les grands Crooners, issus du monde du jazz, de la soul ou de la variété. Aujourd’hui les néo-Crooners » portent le nom de Harry Connick Junior, Michael Bublé, jamie Cullum. Alors de Fly Me To The Moon de Frank Sinatra à Desafinado d’Ella Fitzgerald, ne mettez de côté aucune référence. Le quiz se doit d’être représentatif de la diversité de ce style !

Concoctez votre playlist spéciale crooners !

Bon, on vient de citer quelques noms, et pas des moindres : Frank Sinatra s’il-vous-plaît ! Outre ses relations assez douteuses avec la mafia new-yorkaise - il est accusé, dans une biographie récente, d’avoir transporté des fonds pour eux -, Frank Sinatra n’en demeure pas moins un grand interprète comme en témoigne la chanson New-York, New-york, originellement interprétée par Liza Minnelli et utilisée dans le film éponyme de Martin Scorsese en 1977. Vous le connaissez peut-être aussi pour ces interprétations des plus grands tubes de Noël ou encore pour Fly Me to The Moon, reprise plus tard par un crooner moderne, Michael Bublé.

Bref, prenez Frank Sinatra, prenez Dean Martin, prenez Ella Fitzgerald et fabriquez des quiz musicaux tout en détente entre amis, cigares aux lèvres, bons whisky ou bon cognac (ou Armagnac, on salue le Gers). Le blindtest pourra se constituer de l’ensemble de ces artistes ou rassemble des artistes d’une seule et même génération.

Faites en sorte d’être avec des gens avec qui vous avez envie d’avoir de vrais aventures - amicales, amoureuses, sexuelles, alimentaires, ce que vous voulez en somme - parce que les crooners sont des personnes que l’on écoute dans un voyage jusqu’au bout de la nuit. Ne vous étonnez pas de vous retrouver à 50 km de chez vous, au milieu d’une place de village, attablés gaiement et assis sur des chaises en fer forgées rose peintes par la tenancière.

Des idées de titres !

Pour commencer votre cigare, un classique “Fly Me to the Moon”, pour mettre en route ce quiz musical. C’est efficace, c’est beau et bien fait et on prend du plaisir à l’écouter. The Way You Look tonight : Sinatra ? Tony Bennett ? Celui qui le trouve gagne le double de points. Une fois que quelqu’un a trouvé la réponse à celle-ci, assurez vous de danser avec votre compagne(on) dans des étreintes de Printemps. La transition est toute faite pour la suite : Magic Moments, du génial Perry Como. Que le monde est cohérent ! Assurez-vous cette fois-ci de conserver votre partenaire un peu plus longtemps et de lui souffler la réponse dans le creux de l’oreille. Vous êtes à deux doigts de sortir les caméras et de réaliser une comédie musicale. Jerome Robbins et Robert Wise n’ont qu’à bien se tenir ! La rupture est anticipée, trop rapidement malheureusement : en écoutant Dean Martin, Return to me, vous sombrez, avant même son début, dans la fin de votre idylle, ce moment où les deux amants ignorent qu’ils ont bien fait de se séparer. Allez, vous referiez bien un petit tour de spirale amoureuse !

Et voilà, quatre chansons et une vie se sont écoulées. Mais ne vous arrêtez pas là, plein de crooners sont encore à découvrir. Je ne suis là que pour vous donner envie de jouer grâce à eux, de composer vos playlists, de concocter vos quiz musicaux, de faire tinter le blind-test. Le jour où vous comprendrez cela mes enfants, il fera chaud.

Tags :